Le Conseil Indigène Populaire de Oaxaca
Le Conseil Indigène Populaire de Oaxaca (CIPO-RFM, Mexique) a vu le jour en 1997 et regroupe plusieurs communautés autochtones : zapotèques, triques, ñuu savi, chinantecas, mixes, etc. Ces communautés autonomes s’entraident et travaillent à promouvoir l’auto-gestion, la démocratie directe et la libre association des peuples. Ce faisant, elles luttent contre la pauvreté, la misère et la discrimination qui touchent particulièrement les Indigènes de la région (et de toute l’Amérique). Le CIPO, « ennemi obstiné de l’injustice » doit faire face à de la répression, des disparitions, des assassinats. Mais les communautés réussissent à tisser, petit à petit, un réseau de mobilisation et de solidarité internationale.

Le CIPO : http://www.nodo50.org/cipo




Communauté d'autodétermination, de vie et de dignité
(Cavida)
Le déplacement forcé en Colombie est reconnu comme un des pires problèmes sociaux du pays, avec plus de deux millions de personnes déplacées depuis dix ans. La région du Choco, près de la frontière avec le Panama, est la plus touchée.
La communauté CAVIDA (Territoire de vie et de dignité) de la région du Choco en Colombie est courageusement impliquée dans la résistance au déplacement forcé. En 1997, les 300 familles réparties dans 23 villages de la région de la Cacarica au Choco ont dû fuir les assassinats et la terreur exercée par les groupes paramilitaires, et ont rejoint un camp de réfugiés dans une ville de la côte. Quatre ans plus tard, ils sont retournés chez eux avec l’appui d’organismes de défense des droits humains et d’observateurs internationaux. Les musiciens de ces communautés ont enregistré un disque sur le chemin du retour, « Oyeme Choco », pour conserver la mémoire des injustices qu’ils ont subies. Malheureusement, leur combat n’est pas terminé : leurs terres sont convoitées par de grosses compagnies agro-industrielles et la menace des paramilitaires est encore très présente.

Comision intereclesial Justicia y Paz : http://justiciaypazcolombia.com/
Projet accompagnement solidarité Colombie (PASC) : http://www.pasc.ca


Le Mouvement des Sans Terre

Depuis sa fondation il y a 20 ans, le Mouvement des Sans Terre demande que les terres non exploitées des « fazendeiros » soient attribuées aux paysans. Le MST a réussi à devenir un mouvement social puissant qui compte deux millions de membres et est présent partout au Brésil. Il a provoqué une vaste prise de conscience sur l'urgence de la réforme agraire. Privilégiant l'autosuffisance alimentaire et la diversification des cultures, le MST cherche d'abord à nourrir ceux qui travaillent la terre. Il base son action sur la négociation ou la pression sociale organisée : il appuie l'installation de paysans sans terre en campements provisoires – « acampamentos » - sur des terres non exploitées, obtient des parcelles incultes sur lesquelles s'établissent les paysans sans terre bénéficiaires de la réforme agraire –« assentamentos ». Une des promesses électorales de Président Lula da Silva était de redistribuer des terres à 400 000 paysans. Le MST fait remarquer qu’on est loin d’avoir respecté cet engagement.

Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra : http://www.mst.org.br/

 

 

Les mouvements piqueteros
Depuis le milieu des années 90, les mouvements de piqueteros (travailleurs sans emploi) ont surgi en Argentine vu l’accroissement débridé du chômage (de 7% en 1992 à 22% en janvier 2002) conséquence de la privatisation des grandes entreprises du pays. Ces piqueteros tentent d’assurer leur survie en revendiquant des compensations de l’État. Ils organisent des blocages routiers (piquetes), des occupations, des cuisines collectives… En décembre 2001, la population argentine se débarrassait du gouvernement de Fernando de la Rua par une manifestation et un cacerolazo gigantesques à Plaza de Mayo, au coeur de Buenos Aires. Ce coup d’éclat populaire spontané peut s’inscrire dans la plus longue histoire des mouvements de piqueteros qui, depuis des années déjà, exprimaient leur ras-le-bol face à la misère croissante, aux mises à pied massives et à la logique néolibérale de leur gouvernement. De nombreux groupes de piqueteros sont actifs dans toutes les régions de l’Argentine.

Indymedia Argentine:
http://www.argentina.indymedia.org


 


© Productions Multi-Monde 2009